lundi 7 décembre 2009

Chroniques de Belgique_Dans le caniveau



2 commentaires:

Aude a dit…

Ton histoire me fait penser à une émission (Xenius sur Arte), où ils expliquaient comment réagissent les gens lorsqu'ils sont témoins d'accidents ou d'agressions. Les expériences montraient que plus il y a de personnes sur place, moins il y a de chance pour que quelqu'un intervienne, car tout le monde décharge sa responsabilité sur les autres. Par exemple en roulant si quelqu'un voit une voiture dans un fossé, il ne s'arrêtera pas s'il voit qu'une voiture le suit, pensant que l'autre va le faire ; alors que s'il est seul sur la route, l'automobiliste a plus de chance d'aller voir ce qui se passe.
C'est comme ça que des personnes se font agresser dans les transports en commun sans que personne ne dise rien. En tout cas bravo pour avoir osé appelé...
De façon plus honteuse, ça me rappelle une fois où un type bourré était tombé en bas des escaliers sous ma fenêtre un soir et s'était blessé à la tête... Je n'avais pas osé aller le voir ou appeler les secours, et heureusement deux mecs s'étaient pointés et avaient appelé les pompiers. Le type bourré n'arrêtait pas de vociférer, ça donnait pas envie de lui porter secours et pourtant...

Micko a dit…

Oui... oh rien de glorieux dans ma réaction, ce n'est pas pour me faire mousser que je l'ai retranscrite mais parce que c'était tellement inattendue comme situation... j'ai entendu parler de ce "syndrome de masse" aussi... c'est vrai que la réaction du passant m'a un peu sidéré quand même... Et je ne saurai jamais si le type est toujours vivant. Aucune trace dans les médias du lendemain... Bonjour chez toi, miss, et surveille Le Ravi, j'y officie toujours ;) bise